Conférences autour de l’exposition Génération 40

Accroche Date / Lieu
Les 28 nov., 5 et 13 déc., au CHRD
Visuel principal
Thématique principale
Conférence
Accroche détaillée

Conférences autour de l’exposition Génération 40 - Les jeunes dans la guerre présentée au Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation.

Contenu
Contenu

Les jeunes et la politique de Vichy. Le cas des chantiers de jeunesse

La jeunesse est au centre des intentions politiques de Vichy car elle représente pour Pétain le fer de lance de la Révolution nationale. Ainsi, au sein des nouvelles organisations juvéniles vichystes, les Chantiers de la Jeunesse symbolisent le projet idéologique de Vichy. Service civique obligatoire de huit mois (uniquement en zone libre) pour les jeunes de 20 ans, les Chantiers entre juillet 1940 et juin 1944 mobiliseront au total près de 400 000 jeunes. L’étude de cette organisation permet d’analyser de quelle façon s’est concrétisé le projet juvénile et éducatif de Vichy et surtout comment il s’est heurté à l’évolution du contexte d’occupation et de collaboration.

Par Christophe Pécout, historien du sport et maître de conférences à l’Université de Rouen, CETAPS (EA 3832)

Mercredi 28 novembre, 18h30

 

La Hitlerjugend. Une jeunesse embrigadée, une jeunesse complice, une jeunesse victime

Sur le front de Normandie, en 1944, la division SS « Jeunesses hitlériennes » opposa une résistance acharnée et fanatique aux troupes alliées. Elle massacra près de 200 prisonniers de guerre canadiens et plusieurs dizaines de civils. Ses très jeunes soldats étaient issus de la Hitlerjugend, les Jeunesses hitlériennes, une organisation dont le nom symbolise jusqu’à aujourd’hui l’embrigadement de la société allemande sous le nazisme. Cette conférence reviendra sur l’histoire de la Hitlerjugend, mouvement de jeunesse du parti nazi jusqu’en 1933, organisation étatique après la prise du pouvoir, et, de plus en plus, instrument de la militarisation de la jeunesse au service de la guerre, jusqu’aux derniers jours de combat, au printemps 1945, dans une Allemagne envahie de toutes parts.

Par Jean Solchany, professeur d’histoire contemporaine à l’IEP de Lyon et membre du LARHRA

Mercredi 5 décembre, 18h30

 

Éducation et enseignement des années 1930 jusqu’à la Libération

Approcher l’éducation des jeunes Françaises et Français des années 1930 à l’immédiat après-guerre, c’est envisager non seulement leur condition d’élèves au sein d’un système scolaire en mutations, mais également leur statut social, en tant que « jeunes ». À l’heure de l’obligation scolaire fixée à 14 ans en 1936, la « démocratisation » est en marche, marquée par l’essor extraordinaire des « collèges du peuple », les écoles primaires supérieures, soutenu par le Front Populaire et à son insu, par Vichy. Toutefois, ces deux décennies voient encore deux jeunesses, l’une populaire, marquée par le travail dès 14 ans, l’autre bourgeoise, qui connaît le lycée et l’université. Aux clivages de classe s’ajoutent ceux du genre, filles et garçons étant éduqués en fonction des rôles sociaux distincts qu’ils auront à remplir. Avant que n’advienne « le temps des copains », quels rôles jouent alors les familles, l’État, les mouvements de jeunesse, dans cette organisation du passage de l’enfance à la vie adulte ?

Par Marianne Thivend, historienne spécialiste de l’histoire de l'éducation, des femmes et du genre et maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université Lyon 2 - LARHRA

Jeudi 13 décembre, 18h30

Infos pratiques

Les 28/11/2018, 05/12/2018 et 13/12/2018

Equipement

Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation

Adresse
14 avenue Berthelot

Code postal
69007
Ville
Lyon

Tarif / Infos pratiques supplémentaires

3 euros

Bloc recherche - Agenda

Choix des dates
Filtres avancés