Santé
- Publié le 15 octobre 2020

Covid : les étudiants se mobilisent au centre de Gerland

Opérationnel depuis le 24 septembre, le centre de dépistage Covid 19 installé au palais des Sports de Gerland fonctionne pour partie grâce à des étudiants en médecine, en pharmacie, volontaires pour lutter contre la pandémie. Ils témoignent.

Contenu

Opérationnel depuis le 24 septembre, le centre de dépistage Covid-19 pour personnes prioritaires installé au Palais des sports de Gerland a déjà permis de tester plus de 10 000 personnes. Cette initiative portée par la Ville de Lyon, les HCL et l’Agence régionale de santé a aussi été rendue possible par la présence d’une vingtaine d’étudiants en médecine, en pharmacie chaque jour sur le site… Rencontre avec Clarisse et Romain, exemples d’une jeunesse solidaire et engagée dans la crise sanitaire.

Clarisse (étudiante en 5e année de pharmacie à Lyon-Est) : Je suis très investie depuis l’apparition de la Covid à Lyon. C’est vraiment important pour moi de m’impliquer. Voilà pourquoi je me suis engagée pour trois mois ici sur le site de Gerland. La structure est parfaitement adaptée et organisée pour pratiquer les tests dans de bonnes conditions.

Quel est votre rôle ?
C’est assez large. Je pratique bien entendu le geste sur le patient pour le test. Mais au-delà du geste qui doit être précis, il faut aussi faire preuve de pédagogie. Rassurer les patients qui se font souvent « un film » sur le test. En réalité s’il est un peu spectaculaire, il n’est pas douloureux ; la présence de personnel médical et paramédical est donc importante.

Quelle est l’ambiance ?
Tout le monde travaille avec beaucoup de sérieux et de rigueur. Une grande solidarité s’est installée et chacun apprend de l’autre pour une efficacité maximale. Le lundi je forme les externes (des étudiants, ndlr) sur le geste, aux côtés d’internes en biologie qui s’impliquent aussi dans la phase de formation.

Arrive Romain, externe (étudiant en 4e année de médecine à Lyon-Est) :
A la fac, l’engagement de chaque étudiant est basé sur le volontariat. Rien d’imposé dans le choix d’une implication pensée et portée en bonne intelligence avec le Doyen. En tout cas la mobilisation est là. Et je suis fier d’en faire partie.

C’est une bonne expérience ?
Franchement oui. Même si les journées sont chargées, on a fait 1 400 tests hier, l’expérience est très riche. On apprend à maitriser le geste. La relation avec le patient consiste aussi à rassurer sur un contexte compliqué avec professionnalisme et pédagogie. En tout cas cette implication est valorisante. Quand je rentre chez moi j’ai vraiment le sentiment d’avoir été utile, de participer à une mobilisation importante pour venir à bout de l’épidémie.

Un message à faire passer ?
Il faut vraiment que tout le monde applique les gestes barrières ! Cette responsabilité collective est vitale. La solidarité et la mobilisation de tous aussi. Bon, ok, on aime sortir et faire un peu la fête mais là, sincèrement, ce n’est vraiment pas le moment !

Bloc recherche - Actualités